Le premier jour du reste de ma vie : le jour où j’ai retourné ma blouse par passion du terroir

Comme vous le savez sans doute, j’ai toujours été une gourmande et une passionnée de terroirs, mais aussi de bien manger, de justice sociale et d’écologie. Il faut croire que mes ancêtres m’ont transmis le goût du bien fait avec leur passion de la boulange et de la pâtisserie 🙂 Je suis d’ailleurs fière d’utiliser régulièrement le Kitchenaid de mon grand-père, fidèle allié pour régaler nos papilles. Et l’histoire dit qu’a à peine 3 ans j’ai été retrouvée dévorant un camembert dans un rayon de supermarché…

Ado, j’adorais pâtisser pendant des heures ! Gâteaux de Semoule, tuiles aux amandes, financiers et autres gâteaux au chocolat, rien ne me résistait !

C’est donc tout naturellement que j’ai eu envie de relier mon métier à ma passion pour l’alimentation. Cela a commencé par une prépa aux écoles d’agronomie, pensant d’abord me spécialiser en nutrition. Au gré d’une rencontre, c’est l’histoire bouleversante d’un nourrisson atteint de mucoviscidose qui m’a fait me diriger vers la recherche en santé humaine. Ceci m’a amenée dans plusieurs instituts où j’ai eu la chance de collaborer sur des thématiques variées avec des personnes passionnées. C’était une autre manière d’équilibrer les chances et j’y trouvais du sens.

Mais je ressentais un manque. J’ai donc fait évoluer mon mode de consommation et me suis intéressé à différents projets au gré de belles rencontres.  Cette réflexion m’a amené à interagir avec la coopérative citoyenne alimentaire de mon lieu d’habitation, à la mise en place de paniers de fruits et légumes dans l’institut dans lequel j’étais ou encore à mon implication dans l’association écologique Low Carbon France .  Mes loisirs aussi ont permis de contribuer à cela par des expériences immersives tel qu’un atelier de fabrication de fromage et des vacances en wwoofing au sein d’une ferme maraîchère.

Ces différentes expériences m’ont permis de continuer à cheminer et à comprendre comment je pouvais contribuer à ce monde avec les valeurs que je souhaitais transmettre et mes propres compétences et envies.

J’ai toujours aimé créer du lien, transmettre et valoriser les choses qui font sens pour moi.  J’ai parcouru Paris et l’ile de France à la recherche de projets qui allaient en ce sens avec mes valeurs. Ceci m’a amené à de nombreuses belles rencontres.

C’est dans cette quête que j’ai rencontré Jonathan, et c’est dans cette dynamique que nous avons décidé de nous lancer dans notre projet avec nos valeurs.

Nous avons passé les 6 premiers mois de cette aventure à parcourir la France, en voiture mais aussi à Vélo. Nous avons notamment participé à une expérience immersive d’autogestion en groupe en autonomie et à vélo : l’Altertour.

Parce que nous voulions un lien humain, pouvoir parler de nos produits en pleine conscience et le transmettre au mieux à ceux qui le souhaitent,  nous avons rencontré plus de 250 producteurs directement sur leurs exploitations. Ceci nous a permis de nouer des liens plus humains et dans la compréhension complète de leurs contraintes quotidiennes.

Aujourd’hui encore je continue de m’impliquer dans des projets comme la restauration valorisant les invendus à la petite rockette ou une immersion auprès de mon fromager.

Nous avons désormais trouvé l’endroit du futur Nid pour ces producteurs et pour nous! A nous d’en faire ce lieu que nous souhaitons!